Un nouveau rapprochement en l’université d’Avignon et le CIRAD pour une meilleure compréhension de la physiologie de la qualité des fruits (tropicaux et tempérés) en post-récolte.

Dans le cas des fruits qui sont des produits frais vivants, c’est-à-dire possédant une activité physiologique, la notion de qualité est complexe car elle n’est pas stabilisée dans le temps. La qualité attendue par le consommateur (aspects sensoriels ou nutritionnels) doit répondre aussi à des critères d’aptitude de mise en marché (résistance aux flores d’altération, durée de conservation, tenue du fruit, durée de vie commerciale).

mangues_top

Cette qualité résulte de l’incidence d’un ensemble interactif de facteurs propres à la plante (variété, stade de récolte) et extrinsèques à la plante (conditions de culture, traitements de conservation, conditions de maturation) qui vont moduler l’expression de son génome et affecter la composition du fruit. La connaissance de la physiologie du fruit est indispensable  afin de :
– créer de nouveaux itinéraires et traitements post récolte de conservation  et de maturation innovants et alternatifs
– les valider  par des descripteurs fiables du métabolisme,
– évaluer les interactions entre les stades de maturité à la récolte et ces techniques post récolte alternatives  sur l’élaboration et le maintien de la qualité.

L’équipe « Physiologie de la qualité des Fruits et Légumes » constituée par les chercheurs de l’UAPV et du CIRAD dans le cadre de l »UMR Qualisud » ( CIRAD/SupAgro/UAPV/UM1/UM2) propose ainsi d’évaluer le niveau de généricité (réponses communes) et le niveau d’adaptation (réponses spécifiques) de ces mécanismes et de ces relations, en utilisant des fruits modèles tropicaux et tempérés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *